Colloque 2018 suite : avoir des agents prêts à répondre aux besoins de demain!

Publié le 21 janvier 2019

«  Une formation continue pour répondre aux besoins de demain »!

Face à l’évolution du marché de l’emploi, l’ANDRHDT imagine une formation continue rénovée, avec de nouveaux formats et des contenus plus transversaux.

L’objectif : avoir des agents prêts à répondre aux besoins d’aujourd’hui, mais aussi – et surtout – à ceux de demain !

« De l’emploi à vie à l’employabilité à vie » : c’était le thème de l’un des ateliers du dernier congrès de l’ANDRHDT, en octobre 2018. Une nuance de quelques syllabes, qui traduit pourtant un vrai changement de paradigme. Aurélia de Portzamparc, DRH, résume le point de vue des DRH présents : « [il faut] arrêter de se dire qu’un agent va faire tout sa carrière sur le même poste, dans la même collectivité. Notre responsabilité d’employeur et de DRH, c’est d’assurer que nos agents puissent faire carrière de façon large, s’adapter à l’environnement, à l’évolution des métiers, des collectivités… » Et pour passer d’employé à employable, un outil essentiel : la formation continue.

 

Réinventer la formation continue

 

Les mots utilisés par les DRH pendant l’atelier sont clairs : la formation continue est parfois considérée comme « scolaire », « théorique, pas assez pratique »… Et surtout, « souvent dispensée de manière ponctuelle, sans s’inscrire dans un parcours » – et donc sans lien avec une gestion globale des compétences, tournée vers le futur des agents comme de la collectivité.

 

En premier lieu, les DRH souhaitent donc former sur des compétences transférables, qui résistent aux transformations technologiques : savoir-être, capacité à travailler en équipe, intelligence collective… Pour garantir l’employabilité des agents, Aurélia de Portzamparc souligne la nécessité de proposer des formations diplômantes, que l’agent pourrait valoriser ailleurs. De nouvelles formes d’acquisition sont aussi imaginées : du tutorat, de l’immersion dans d’autres métiers ou d’autres collectivités, des formations de 10 minutes par jour…

S’allier pour élargir « l’espace métier »

Pour mettre en œuvre ses idées, l’ANDRHDT parle surtout d’alliances : projet de MEDEF local, de passerelles entre collectivités voire avec le privé… Pour Aurélia de Portzamparc, l’important est de penser au-delà de la collectivité : « il faut élargir l’espace métier ».

 

 

Article écrit par Julie Desbiolles et grâce à notre partenaire WEKA// Portfolio

// Tél : +33 6 23 46 82 71