Difficile de présenter des réformes qui « fâchent »!

Publié le 23 mars 2018

Olivier Dussopt et sa présentation devant les députés

Le secrétaire d’État est venu présenter devant une vingtaine de députés -la commission des lois de l’A.Nationale- la réforme de la fonction publique, dont la traduction législative est prévue pour début 2019.

Elle comprend une mission conjointe entre le secrétaire d’État et Philippe Laurent (Conseil Supérieur) et portant sur :

         – le temps de travail

         – le passage aux 1607 H

         – travail sur l’amélioration du lien entre employeurs territoriaux  et l’État et pourquoi pas la création d’une fédération des employeurs ?

         – la simplification des instances sociales

         – comment parvenir à la suppression de postes (on évoque 70 000 postes)

         – la création d’une indemnité de départ volontaire

         – un « nouveau » statut « ajusté et assoupli »

Les syndicats assurent toutefois qu’ils ne sont pas entendus et que le calendrier est beaucoup trop contraint  (90 réunions bilatérales et autant de multilatérales) et qui doit s’étendre sur une année pour aboutir début 2019 sur une production législative /ou réglementaire.

Durant ce temps il est prévu

  • des discussions dans l’agenda social (égalité professionnelle femmes/hommes, handicap, conditions de travail, protection sociale complémentaire)
  • un rendez-vous salarial (10 et 20 juin)

De tout cela il ressort que l’impact sur les retraites sera bien évidemment abordé.

Par ailleurs, Emilie Chalas, Députée de l’Isère, qui tient à prendre en compte la spécificité de la FPT et notamment son impact sur le management, est en passe de composer un groupe de réflexion, en capacité de faire des propositions alternatives.

(d’après l’article de la Gazette des Communes)